Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les interviews > Pierre Prévost, Cie Acidu au FAR de Morlaix

Les interviews

Pierre Prévost, Cie Acidu au FAR de Morlaix

Pierre Prévost est le directeur artistique de la compagnie Acidu, présente mercredi 30 juillet 2003 au Far de Morlaix. Il est également administrateur de La Fédération et membre du collectif "Restons vivants". Personnage emblématique, charismatique, il prend pleinement part à la lutte des intermittents.

Gréviste des premières semaines de résistance, la compagnie Acidu a joué au FAR de Morlaix. Pierre Prévost nous explique ce choix : "Ma position est double. Je veux m’opposer très fortement à ce protocole d’une manière efficace, parce que la mort de beaucoup d’entre-nous est programmée, mais ce n’est pas une raison de la hâter, essayons de nous battre le plus longtemps possible".

Les actions menées depuis le 26 juin ont été intéressantes. Des solidarités sont nées, des actions constructives ont été menées. Des tactiques divergentes, des radicaux ont aussi divisé le mouvement. Cette étape était certainement indispensable. Elle a sensibilisé le public. Après les multiples expériences d’une lutte "imaginative", comme la qualifie Pierre Prévost, l’heure est désormais à la reconcentration. Les professionnels de la culture doivent retrouver une unité pour atteindre leur objectif commun : la survie de la culture en France, de l’exception culturelle et de la diversité culturelle.

Survivre : un acte de résistance

Malgré un mouvement qui ne faiblit pas, le gouvernement et le MEDEF n’entendent toujours rien. Pierre Prévost va même plus loin, en affirmant que "le plus grand service que les compagnies puissent leur rendre est de mourir". Survivre, oui mais pas à tout prix. Il tient à rappeler le message du collectif "Restons vivants" auquel il adhère : "ne pas perdre son âme dans la lutte". L’important est de rester fidèle à ses convictions et de concentrer les actions vers le public, enjeu essentiel du mouvement. Selon lui, c’est une lutte à long terme contre le gouvernement qu’il faut développer : "Avec restons vivants, nous voulons préoccuper Aurillac et en faire un super forum afin de préparer les actions de la rentrée". Aurillac existera peut-être en tant que festival de soutien mais il serait indécent, aux dires de Pierre Prévost, qu’il devienne un grand marché officiel de théâtre de rue : "Il faut que la suite du combat s’y tienne, que les compagnies jouent, popularisent et crient leur révolte, que l’armée de l’art se mettent en branle, que les actions essayées soient développées et que d’autres soient encore inventées". Pierre Prévost défend le droit de produire librement du rêve et de l’imaginaire, sans lequel la France rentrerait dans une société purement marchande : "Aujourd’hui, nous défendons les raisons pour lesquelles nous faisons notre métier. Nous nous rendons compte que nous faisions peut-être de la politique sans le savoir, comme Monsieur Jourdain avec la prose".



Récupérer de la dignité

"Le protocole est non seulement assassin, mais complètement crétin". Pierre, qui n’était pourtant pas contre un aménagement du statut des intermittents, dénonce fortement ce protocole confus, adopté à la va-vite alors que les accords FESSAC étaient en cours. Les enjeux sont culturels et politiques. "Jean-Jacques Aillagon veut des festivals d’excellence, une culture d’excellence, alors que nous travaillons dans le sens d’une culture réappropriée, indispensable actuellement pour faire contrepoids à la télévision", nous explique-t-il, contestant la réponse du Premier Ministre sur le versement de subventions aux compagnies. Ces aides de l’Etat signifient pour lui une menace à la liberté de création : "D’accord que l’Etat impulse les choses, mais la profession n’a pas besoin que de ça. Elle doit pouvoir prendre des initiatives. Ce qui était fait avec les Assedic c’était une sorte d’égalité des chances pour chacun". Les Assedic permettait à un artiste de pouvoir vivre décemment. Pierre Prévost qualifie de méprisable l’attitude du gouvernement : "Il faut récupérer de la dignité. Avec "Restons Vivants" nous découvrons le mépris, que certains subissent depuis des années. Des gens nous rejoignent dans notre lutte". Clamant haut et fort les liens qui se créent au sein de la profession mais aussi avec le public, il espère que cet apprentissage politique et syndical aura des suites. Le chantier culturel à créer est immense et ne se limite pas aux arts de la rue.

interview réalisée le 30 juillet 2003 au far de Morlaix

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |