Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les interviews > Spectacle nomade

Les interviews

Spectacle nomade

Entretien avec la Compagnie La Calma

Enrésidence à Henvic, La compagnie La Calma, a donné plusieurs représentations de sa dernière création, Tamat. Un spectacle nomade qui puise ses inspirations à chacune de ses étapes. Après leur dernière à Plourin-Lès-Morlaix, avant de repartir sur les routes, c’est l’occasion de leur demander ce qu’ils ont pu découvrir et emprunter à leurs séjours en Bretagne.

Pouvez vous vous présenter au sein de la Compagnie ?

Mélissa : je suis comédienne, directrice de la compagnie La Calma et interprète de Tamat

Khadija : j’agis en tant que metteur en scène et je travaille aussi sur la direction du jeu au niveau du masque.

David : musicien, je joue de la guitare et je mets en musique le spectacle de Tamat.

Eric : je suis comédien dans l’équipe de La Calma en général, et sur ce spectacle là je suis comme Khadija, je suis sur la mise en scène, la direction de la création. Et c’est également moi qui ai réalisé le masque.

Votre compagnie travaille beaucoup autours du masque, qu’est ce qui vous inspire dans le masque ?

Mélissa : on travaille avec le masque depuis 2000, suite à la rencontre d’Étienne Champion, sculpteur de masque, et qui nous a donné envie d’explorer cette forme qui est aussi un moyen de faire un travail sur le personnage. Quelque part, quand on travaille avec le masque, le masque impose ou propose fortement, une approche extrêmement humaine. La mise en lumière de l’humain, et je dirais que personnellement c’est ce qui m’intéresse.

Eric : Moi je suis arrivé dans cette compagnie fin 2001, et on a commencé à faire ce trio (On est peu de choses) qu’on a joué en Bretagne et un petit peu ailleurs aussi, avec une forme qu’on appelle « nez-lèvre ». Cette forme n’a rien à voir avec ce que l’on fait actuellement qui est un demi masque, ce sont deux langages différents mais qui effectivement impliquent le corps. Donc c’est vrai que depuis qu’on travaille ensemble, on explore les formes différentes de masques. Il existe les masques en Té, il existe les demi- masques, les masques nez-lèvre, les masques pleins... On les a abordé mais on a pas vraiment abouti sur ce travail de masque plein. C’est une sorte d’exploration, on crée des personnages, ensuite on se demande quelle histoire il va raconter. Et là, l’écriture arrive puis l’improvisation, donc création de la part de l’acteur. De temps en temps interviennent des auteurs, là du coup ça devient plus écrit. Et ensuite on montre au public et puis on voit ce qui marche ce qui ne marche pas, on se pose des questions, on se repositionne, et on avance un petit peu comme ça.

Mélissa tu es seule interprète dans Tamat, comment se passe la création du personnage, l’appropriation du masque, quand on est seule ?

Mélissa : et bien très rapidement on s’est rendu compte que le partenaire de jeu était le public. Donc dans la création même, il a fallut que le personnage de Tamat se confronte à un public pour pouvoir continuer à grandir, à évoluer. Ça c’est la difficulté de jouer seul. Mais de manière générale, je ne pense pas que tout le monde fonctionne comme ça avec des masques, mais nous, nos personnages sont en lien direct avec le public. Alors quand on est plusieurs sur scène évidemment, il y a des relations qui se tissent entre les personnages mais quand on est seul comme dans le cas de Tamat, ma relation se tisse avec le public. Et il a fallu dans la création et les répétitions se mettre en situation d’avoir du public pour tester des choses.

Eric : ou de l’imaginer quand on en avait pas.

Vous avez eu 3 rencontres pendant votre résidence à Henvic, avec 2 écoles et une rencontre avec des personnes âgées, ça vous a aidé dans votre travail ?

Mélissa : oui énormément, ça a été très très riche d’ailleurs. C’était des questionnements qu’on avait au début. Qu’est ce que Tamat a à raconter à des enfants, est ce qu’elle va leur faire peur... Et en fin de compte les retours ont été assez étonnant. J’ai du m’adapter à ce public là, par rapport à l’histoire qu’elle raconte qui est destiné plus à un public d’adultes, et à notre grande surprise les enfants étaient extrêmement à l’écoute.

Khadija : très présents, très à l’écoute. On s’est rendu compte que d’une certaine manière Tamat appartenait à leur imaginaire. Et leur imaginaire dépassait le cadre de la sorcière. Ils ont même dépassé leur peur première parce que le masque est assez impressionnant. Mais il est tellement porté avec générosité que ça dépasse le masque d’une simple vieille femme... A un moment il y a une question qui a été posée aux enfants : « quel est le pouvoir de Tamat », et il y a eu deux réponses : elle a le pouvoir de la générosité et elle a le pouvoir de l’amour. Donc quand on a des réponses comme celles là on se dit qu’il y a eu rencontre. Autant avec les enfants qu’avec les personnes âgées. Çà a été un passage entre des êtres qui commencent leur vie et puis tout d’un coup, on a rencontré des êtres qui sont plutôt en fin de vie. Les rencontres ont été tout aussi étonnantes. Certains même parmi les personnes âgées se sont mis à inventer des personnages, on a eu droit à la naissance d’Albert le roi des Gangster qui est tombé quasiment raide dingue amoureux de Tamat, ce qui a déclenché des jalousies parmi les dames. Çà a été très riche. En fait le personnage s’éclaire par le public.

Tamat s’inspire d’un voyage au Mali, pouvez vous revenir sur cette expérience ?

Mélissa : En 2005, la compagnie La Calma est partie au Mali pour faire un travail pédagogique auprès de jeunes maliens. On a formé 65/70 jeunes aux arts vivants : théâtre, jeu masqué, construction de masques et de marionnettes, musique. Et de là est né un spectacle, joué par ces jeunes. Nous on est venu avec notre savoir-faire et la forme, et eux ont apporté les thèmes et ont crée leur propre spectacle. Depuis, j’y suis retournée 4 fois, ça a été une rencontre assez exceptionnelle avec ces jeunes. Et puis j’ai voulu rencontrer leur famille, plus particulièrement les mamans, et les grands mères. Et là j’ai commencé à entendre des histoires, des témoignages de leur vie et peu à peu est arrivée cette histoire. Et avec la complicité de Luc Kienzel qui travaille à La Calma depuis plusieurs années et qui était aussi avec nous en 2005, on a écrit les textes de Tamat.

Un projet de retour au Mali ?

Mélissa : Oui, maintenant je suis un petit peu attendue donc c’est difficile de ne pas y retourner... Je continue de travailler avec un jeune groupe de comédiens qui s’est formé, qui ont décidé eux même de faire un travail sur le jeu masqué. Ils ont construit eux même leurs masques et continuent à créer des scénettes. Je pense y retourner l’année prochaine.

Vous terminez votre résidence à Henvic, quel a été l’objectif de cette résidence ?

Mélissa : un des objectifs était de provoquer des rencontres. Donc il y a eu deux rencontres avec les écoles, une rencontre avec les personnes âgées de la maison de retraite. un autre objectif était d’essayer des choses, on a testé le cercle ici.

Khadija : on dit tester parce que la première forme était une forme frontale. Le public était face au masque, face à la représentation et là d’un coup la comédienne se retrouve au centre. Alors comment gérer ce rapport au public, l’invention, la découverte et en même temps le récit de l’existence de ce personnage...

Mélissa : je dirais que petit à petit on s’est éloigné du conte et que de plus en plus on est dans la rencontre avec le public. Et ce cercle permet ça, c’est à dire que quelque part le public est acteur dans l’histoire de Tamat . Ce sont ses enfants, ses petits enfants, c’est comme ça que je le ressens. Le cercle permet ça. Je pense que ça ça a été la découverte de cette résidence ici à Henvic.

La prochaine étape pour Tamat ?

Mélissa : Continuer à jouer, il y a quelques représentation de prévues à Amiens en juin, et puis cet été, continuer à la faire vivre dans des lieux publics.

Que peut on vous souhaiter à tous ?

Mélissa : : De belles rencontres, des retours comme on en a eu parce que c’est très très fort quand on sent que ça fait vibrer une corde.

Si je vous dit Molène, qu’est ce que ça vous raconte ?

Khadija : beaucoup de bonheur

Eric : une grosse première étape de travail. Avant d’arriver à Molène on nous a dit vous allez voir c’est un lieu pour l’écriture. Et ça tombait très bien parce qu’en fait on venait juste de recevoir le texte sur lequel on allait travailler dans un premier temps, et le personnage et l’histoire de cette femme. Et c’est vrai que le cadre nous l’a non seulement proposé mais nous y a obligé. On était tellement calmes tellement sereins, qu’on a travaillé de manière vraiment efficace.

Khadija : c’était un cadeau aussi de jouer sur une île, parce qu’on a quitté le continent, et Tamat c’est un personnage nomade, un personnage qui voyage. Donc on était déjà en voyage, nous, ce qui nous amenait à être plus proche du personnage.

Mélissa : oui et puis un accueil assez fabuleux aussi de la part des Molénais.

Il y a quelque chose de Molène dans Tamat ?

Mélissa : je dirais qu’il y a quelque chose de très sauvage, de libre.

Eric : De toute façon il y aura dans ce personnage là, quelque chose de tous les endroits dans lesquels elle passera. C’est le principe aussi.

David : un peu d’Henvic et un peu de Plourin

Eric : et beaucoup de Mali. Et la prochaine fois ce sera un peu d’Amiens...

Khadija : Moi je me souviens d’une chose, c’est les premières courses de Tamat au milieu des champs. C’est à dire que ce personnage que l’on travaille dans des salles, tout d’un coup on le voit se mettre à courir, dévaler une colline, rentrer dans l’eau, prendre des algues... Et il prend une dimension d’infini, je crois que l’infini de Tamat, cette vision d’immensité, de liberté, elles appartiennent à Molène.

Merci à tous les quatre de m’avoir fait rencontrer Tamat.

Plus d’info par ici :

  • le site de La Calma
  • la page résidence du Fourneau
  • le carnet de voyage au Mali en 2006

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |