Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les interviews > Au ralenti... [Artonik]

Les interviews

Au ralenti... [Artonik]

Entretien avec Caroline Selig et Alain Beauchet, codirecteurs artistiques d’Artonik

A la fin de la résidence d’Artonik au Fourneau, j’ai proposé à ses deux codirecteurs artistiques -Alain Beauchet et Caroline Selig- de se prêter à l’exercice de l’interview. Celle-ci a eu lieu le lendemain de l’expérimentation publique de leur dernière création, événement dignement fêté par la compagnie. Mes interlocuteurs me préviennent donc qu’ils sont « un peu au ralenti » ; les photos parlent d’elles-même !

Depuis les débuts d’Artonik vous travaillez en duo... Vous venez d’univers artistiques différents : les arts plastiques (Caroline) et la musique (Alain). Autour de quelles valeurs s’est opérée votre rencontre ?

Alain : Nous travaillons en duo... je dirais même en couple ! Est-ce que le couple est un travail ? Probablement mais ce n’est pas l’objet de la question ! Caroline finissait l’école des Beaux-Arts à Aix...

Caroline : Je passais mon diplôme autour d’un travail d’oeuvre monumentale qui intégrait plusieurs pratiques artistiques : performance, vidéo, cinéma... C’était une sorte de parcours dans lequel la musique permettait de passer d’un univers à l’autre. J’ai donc fait appel à Alain et finalement je l’ai gardé !

Alain : Aux Beaux-Arts, il y avait des personnalités extérieures qui accompagnaient les étudiants. Parmi eux, Michel Crespin, alors directeur de Lieux Publics.

Caroline : D’autres compagnies comme Ilotopie sont également intervenues. C’étaient des aînés pour nous ! Par la suite, nous avons présenté l’une des pièces du diplôme à la Biennale internationale d’art de groupe aux Abattoirs. C’était déjà le lieu de création de Générik Vapeur... A travers ces cinq années de formation, nous avons donc eu une première approche des arts de la rue et de l’espace public.

Alain : Après le diplôme de Caroline, nous avons décidé de continuer à travailler ensemble. Dans quel espace ? Pour présenter ses oeuvres monumentales, absolument pas formatées pour les galeries, le choix de l’espace public s’est imposé comme une évidence.

La question de l’intimité apparaît de façon récurrente dans vos spectacles. Or, ceux-ci sont joués dans l’espace public. Quelle résonance prend alors cette thématique ?

Caroline : Cette intimité répond à notre envie de parler du quotidien, de l’humain, en essayant d’être proches des gens. Le spectacle « Caliente » témoigne par exemple du plaisir que l’on peut avoir lorsque l’on rentre tard le soir et que l’on entrevoit à travers des fenêtres éclairées un bout de papier-peint, une lampe au plafond, un miroir... Tout de suite, on imagine très bien la personne qui vit à l’intérieur.

Alain : Nous présentons des situations ordinaires quotidiennes qui ne sont pas lisibles de l’extérieur si l’on n’y prête pas attention. Celles-ci appartiennent à tout le monde ; nous leur donnons simplement forme et les rendons lisible.

Artonik existe depuis plus de dix ans. Quelles sont les nouvelles directions explorées par « La rue est dans le pré ».

Caroline : Nos précédents spectacles étaient généralement construits en frontal, avec deux espaces clairement identifiés : le public et le plateau. Ici, nous nous frottons à quelque chose de nouveau. Nous cherchons à mélanger les espaces et à faire participer le public pendant les moments de transition entre les différentes séquences.

Alain : Nous souhaitons par exemple faire sortir les comédiens des boutiques, lancer des ballons depuis les fenêtres et embarquer le public de cette manière-là. Les spectateurs vivront cette expérience comme ils en ont envie. C’est un peu comme au camping : au début les gens arrivent et ne se parlent pas puis au bout de quelques jours, ils se sont fait plein de copains !

Caroline : Aujourd’hui nous sommes prêts à faire jouer les spectateurs...

Alain : ... il nous a fallu quelques années pour comprendre l’espace public et son écriture. La participation des spectateurs ne doit pas être plaquée ; elle doit avoir un vrai sens.

« La rue est dans le pré » se joue 70 ans après l’avènement des congés payés. Que signifie le temps libre aujourd’hui ?

Alain : Le temps libre, c’est le temps qui reste au-delà du travail. Il a permis de faire évoluer les mentalités, de libérer les esprits. Or le discours ambiant revient sur cet acquis social. C’est une sorte d’engrenage... si cela se trouve, demain on va faire bosser les gamins à 14 ans ! En tant qu’intermittents, nous sommes considérés par définition comme des faignants ! Nous sommes passionnés par ce que nous faisons ; ça ne nous dérange pas de travailler 15 heures par jours. Et puis bien que la compagnie Artonik soit soutenue par l’Etat, son économie reste fragile. Il nous faut donc travailler deux fois plus... passionnément ! Depuis l’an dernier, nous essayons quand même de prendre des vraies vacances.

Caroline : C’est très récent...

Alain : Nous apprenons à le faire !

Post-Scriptum
Propos recueillis par Camille Poiraud

La dernière création d’Artonik, « La rue est dans le pré », sera présentée les 8 et 9 août 2006 au FAR de Morlaix. Pour retrouver les autres spectacles de la compagnie, vous pouvez visiter le site www.lafriche.org/artonik bilingue (français/anglais) de la compagnie.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |