Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les interviews > Interview d’Erwan Bariou, professeur d’éducation socio-culturelle au Lycée (...)

Les interviews

Interview d’Erwan Bariou, professeur d’éducation socio-culturelle au Lycée agricole de Caulnes

Interview pour le Livret de Bord juillet-décembre 2017 du Fourneau

Erwan Bariou, professeur d’éducation socio-culturelle au Lycée agricole de Caulnes (22)

Comment avez-vous monté ce projet culturel au sein de votre lycée ?

C’est André Layus de la compagnie Version 14 qui m’a appelé un jour. Il avait entendu parler de notre façon de travailler. Le Lycée agricole avait déjà collaboré sur d’autres projets avec des compagnie des arts de la rue avec énormément de plaisir et une idée partagée de l’endroit où nous cherchions à être : « provoquer l’expérimentation sensible pour confronter les élèves à leurs représentations, ouvrir les horizons, faciliter l’émergence des idées, des expressions individuelles et collectives ». Nous avions également une expérience de plusieurs années avec Itinéraire bis dont la disparition nous a naturellement rapproché du Fourneau. Et j’ai trouvé d’entrée de jeu un langage en phase avec notre vision de l’action culturelle.

Qu’est-ce que ce projet apporte aux élèves ?

Ce projet est un travail sur les consciences. Nous avions imaginé avec Alice Lang du Fourneau et André Layus un dispositif d’écriture sous la forme de lettres, en garantissant l’intimité et l’anonymat. C’est cela qui nous a permis de prendre la mesure de ce que les expériences déclenchaient pour eux. Avec la compagnie, pendant les ateliers, les jeunes ont été captés au cœur de l’intime et cela leur a permis de cheminer sur la valeur de l’expression sensible, poétique. Dans quel état intérieur suis-je maintenant qui agit sur la force de mon expression pour les autres ?! Nous avons vécu ensemble des moments forts où les élèves ne « jouaient » plus... ils donnaient de l’importance à ce qui se passait là.
Autour de l’œuvre L’œil de Polyphème, la question de la monstruosité a permis de débattre sur la figure du monstre et de l’altérité. Autour du Fourneau et des Capucins, la journée de visite du 4 mai à Brest a permis à la classe de prendre la mesure de la place de la culture dans un projet de réinvention des espaces et des usages.

Après une première année de jumelage, vous prévoyez de poursuivre ?

Ce qui est réjouissant dans cette aventure c’est que nous sommes nous-même en création, c’est-à-dire en recherche de dialogue entre les deux structures pour construire les bases d’un cheminement artistique, culturel et pédagogique qui ai du sens et permette aux partenaires artistiques d’ajouter leur partition.
Je suis très attaché à l’idée que nous vivons une période réjouissante et difficile de transition qui nous oblige à accompagner les jeunes pour entrevoir des demains nouveaux, avec trois idées fortes : l’escale, imposée par l’éloignement géographique (Caulnes – Brest) mais aussi dans le processus de cheminement que nous souhaitons déclenchez chez nos publics, le grain de sable, qui est la force du propos artistique, remuant, provocant, et l’imaginaire indispensable pour nourrir les champs des possibles. C’est le temps nécessaire du rêve, de l’utopie ! C’est avec cela que nous allons travailler l’année prochaine avec la matière artistique de la VO Compagnie et du projet Macadam Vacher. Belle odyssée en perspective, à vivre, à partager avec les jeunes.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |