Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les interviews > Interview de Jean-Georges Tartar(e), poète de rue voyageur

Les interviews

Interview de Jean-Georges Tartar(e), poète de rue voyageur

Interview pour le Livret de Bord juillet-décembre 2017 du Fourneau

Crédit photo : Théâtre La Passerelle

Jean-Georges Tatar(e), poète de rue voyageur

Quand êtes-vous venu pour la première fois à Brest ?

C’était au début des années 90, je chroniquais les événements de la rue avec un personnage de présentateur du 20H00 dans un spectacle intitulé Agence Tartar(e). J’y ai rencontré Pierre Berthelot qui m’a parlé d’alchimie… Savait-il alors que l’alchimie de la vie allait lier nos sorts ?

Que représente le Fourneau pour vous ?

Imaginez une locomotive fonçant dans un bus mis en équerre sous le choc pour emmener les spectateurs en voyage immobile… C’est la proposition hallucinante que j’ai faite au Fourneau, qui a accepté, sans sourciller. L’esprit est là : surréalisme et confiance dans la réalisation de l’impossible. Imaginez la population préparant d’énormes chaudrons de soupe… L’esprit est là : participation populaire et partage.

Qu’est-ce que les Jeudis du Port pour vous ?

Parmi les souvenirs impérissables, La Petite Reine de la compagnie Générik Vapeur sous une pluie battante de mi-août*. La ville entière avait sorti les cirés jaunes ! Allions-nous, acteurs en tenues légères, craindre de nous mouiller ? La pluie et l’enthousiasme du public ont alors transfiguré le spectacle car ni la rincée ni l’ardeur n’étaient joués. Il faut une grande fidélité entre l’organisation de la manifestation et la population pour atteindre ce nirvana…

Sur la scène des Docks le 10 août, que va nous raconter Yes Papa  ?

Verbe et musique en tornades, c’est l’épopée Yes papa, des esprits qui brûlent aux feux de la poésie, des corps qui dansent au rythme de « Quand t’es propriétaire, t’es rien », une célébration musicale de l’impertinence, une fusion collective régénératrice. C’est aussi l’histoire de la complicité entre générations, Gari Grèu et Tartar(e), sous la houlette d’Eric Burbail, avocat de l’improbable.

*le 13 août 1992

Lire le reportage du jeudi 10 août 2017

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |