Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les interviews > Olivier Comte, directeur artistique des Souffleurs Commandos (...)

Les interviews

Olivier Comte, directeur artistique des Souffleurs Commandos Poétique

Interview pour le livret de bord janvier-juin 2019


crédit photo : Despatin & Gobeli

Depuis des années, vous soufflez aux oreilles de passants, aux quatre coins du monde, des secrets poétiques, philosophiques et littéraires. C’est cette passion pour les langues qui vous amène aujourd’hui à vous intéresser à leur origine ?

Nous nous intéressons aux langues car elle constituent ce qui caractérise l’ensemble humain vivant sur la terre. Nous sommes les seuls êtres vivants parlant. C’est à dire utilisant des sons produisant de l’abstraction, du concept. La langue appelle le monde entier en foule dans nos bouches. Sans langue, pas d’homme, sans langue, pas de pensée, sans langue, pas de mémoire. Sans mémoire, aucun avenir. Comme dirait Kamel Daoud à propos de l’écriture : La langue... C’est tout savoir du baiser sans jamais avoir embrassé.

Quel est le point de départ de cette nouvelle création ?

Nos travaux de poétisation de territoires, notamment à Aubervilliers avec notre « Trésor poétique municipal mondial  » nous ont influencés. Nous, artistes et ce chantier monumental : recueillir les paroles poétiques dormantes dans les 94 langues parlées dans cette ville. Nous en sommes au quatrième tome de ce trésor, 900 textes en 100 langues dont nous n’avions jamais entendu la musique. Et ce travail incroyable de traduction pris en charge par les habitants eux mêmes, un challenge ! Nous sommes fiers de ce travail qui a l’ambition de faire coutume, d’exister et de croître pendant plusieurs siècles, en collaboration avec le service des Archives. L’idée de Terra Lingua est très certainement venue de cette œuvre de permanence au répertoire des Souffleurs.

Pourquoi avoir fait le choix de l’espace public pour vos créations, et pour celle-ci en particulier ?

Nous avons la conviction et nous aimons faire exister le fait que l’espace public n’est pas l’ennemi du texte, qu’un contexte mouvementé comme le va et vient du monde n’est pas ennemi d’une pensée portée avec exigence par la parole. Terra Lingua est d’abord un hommage à la parole de l’Homme. Quand l’Homme a pris la parole, il ne l’a plus lâchée. Le génie de l’Homme, c’est de parler dans les différentes couleurs du monde. Le nuancier est infini. Les langues, ce n’est pas une malédiction Babélienne, c’est une bénédiction humaine, une richesse absolue.

Quels aspects de cette création venez-vous travailler au Fourneau ? Qu’est-ce que la résidence à Brest va permettre d’apporter à votre processus de création ?

On espère sortir du Fourneau tout cuits, avec un bon parfum de gâteau. Le Fourneau nous donne l’occasion d’être tout près d’une « avant avant première » ! Tout sera normalement à sa place et à sa juste place. C’est le grand espoir de cette résidence. Ouh la ! Rien que de dire cela maintenant, y’a le trac qui fouette la bête ! Pour reprendre la métaphore culinaire, cette résidence nous dira si la recette est équilibrée, si elle a été bien pensée et si le plaisir nous donne rendez-vous. Dans le processus, c’est une étape fondamentale. On remercie le Fourneau de faire confiance à tout ce qui s’est passé avant et de nous dire ok : à vous de jouer !

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |