Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les reportages > Les résidences > Tango Sumo > LA CONQUÊTE DE L’ESPACE selon "Around" de Tango Sumo .

Tango Sumo

LA CONQUÊTE DE L’ESPACE selon "Around" de Tango Sumo .

Contribution publique

La Terre est un carré, un carré infini : c’est la certitude qui nous habiteà la fin des 25 minutes de AROUND, la création de TANGO SUMO présentée en étape de Résidence au Fourneau. Et c’est à la conquête de cet espace carré, délimité au sol bien terrestre du Parc à Chaînes que les huit danseurs de la Compagnie se sont lancés, nous entraînant à leur suite, ce samedi 10 mai 2014, chacun de nous, jusqu’aux limites de nos souffles humains, rien qu’humains.

Disons-le tout net : AROUND n’a rien d’une machinerie chorégraphique qui serait l’addition de huit corps et d’une musique, machinerie dont l’évolution se ferait graduellement, du simple pas ou du simple son vers les plus complexes, les plus denses, et cela dans un espace et un temps délimités. De plus, "il ne s’agit pas de nous faire perdre la tête, de nous transporter dans un état halluciné.
Au contraire. Ce travail (...) incite à la conscience, au questionnement, à la réflexion." Ces lignes ont été écrites en 1980 par Saul Yurkievich pour parler de DANCE, le travail commun de Lucinda Childs et Phil Glass présenté en 1979 en France. Il y a 35 ans ! Tout juste l’âge des danseurs de TANGO SUMO. Qu’est-ce à dire : est-ce que cela signifie qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil et dans le vent en 2014 ? Est-ce que la proposition 2014 de TANGO SUMO serait un remix du DANCE de 1979 ? Rien de tout cela. AROUND montre au contraire que la réflexion, le questionnement sur la condition humaine dans un écrit chorégraphique dont les lettres de l’alphabet sont toujours et encore le souffle, le rythme, le geste, le regard, le son n’ont rien perdu de leur intensité, ni de leur nécessité.
Entre 1979 et 2014, notre Terre, notre monde humain a changé et AROUND nous le dit avec puissance, générosité, humilité, dignité, respect. Les gestes des danseurs nous le prouvent. Disons en vrac et sans être exhaustif :

- les 8 danseurs sont enfermés dans un espace carré et nous n’avons jamais, à aucun instant des 25 minutes, la sensation d’un enfermement, ni pour nous, ni pour eux. Quelle autre façon de nous dire de ne pas désespérer ?
- les 8 danseurs touchent la terre d’une main : est-ce parce qu’ils sont au bord de la chute ou pour saluer le sol, pour y puiser la force et l’énergie de poursuivre leur conquête de l’espace ?
- les 8 danseurs regardent le ciel avec une sorte de respect de l’espace infini qui les domine et cela sans s’appesantir, sans jamais faire mine de renoncer à leur humaine condition.
- les 8 danseurs présentent les mains comme s’ils faisaient une offrande, comme s’ils portaient et déposaient quelque chose de précieux, un enfant, une graine, un être endormi, humain ou animal. Respect, humilité, patience, générosité.
- les 8 danseurs se déplacent dans un mouvement continu d’énergie qui dit l’énergie urbaine dans toute ses dimensions. Et même s’il n’y a guère de contact entre les corps, ce ne sont pas 8 solitudes qui dansent, c’est une communauté humaine tout entière, solidaire, généreuse, qui avance, bouge. Et "ce n’est pas la marche inconsciente de chacun vacant à ses occupations mais un acte décisif à chaque pas qui est la preuve même de l’être au monde. Pas rythmé qui concrétise le temps en une suite d’instants pleins, absolus..." (Saul Yurkievich, 1980).
- les 16 pieds chaussés des danseurs martèlent, frottent, glissent, raclent, crissent sur le sol et c’est toujours notre humaine condition qui se raconte, l’humaine mémoire de nos tensions, de nos espoirs, de nos courses folles, de nos énergies toujours en quête de souffles nouveaux...

La musique est l’un des moteurs de AROUND et pas le moindre. Romain Dubois a construit pour TANGO SUMO une partition qui va crescendo et dans laquelle la rythmique percussive se taille la part du lion. Progressivement la tension dramatique s’établit, la densité sonore s’accroît et même si quelques fluidités de piano surgissent ici ou là, suggérant aux danseurs de fugitifs gestes lyriques, la rythmique reste implacable, rappelant toujours que le "struggle for life" continue.

On l’a compris : les 8 danseurs de AROUND ne dansent pas pour nous en mettre plein la vue et s’essouffler en 25 minutes jusqu’à leurs propres limites. En se lançant à la conquête de l’espace qui leur est alloué, ils dessinent celui de chacun d’entre nous et nous invitent à le traverser de part en part, à le parcourir dans l’infini de nos vies en y mettant toute notre humaine énergie.

Les citations de Saul Yurkievich sont extraites du dossier consacré à la Post-Modern Dance dans la revue Ballet/Danse/L’Avant Scène avril-juillet 1980.
....................................................................................... Photo : Ray Flex

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46 | Fax. 02 98 46 42 03

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |