Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les reportages > Les résidences > Jean Marie Maddeddu et Antoine Le Menestrel « OBA » > Mix de Water-Polis ou d’Océano-World, mondes...

Jean Marie Maddeddu et Antoine Le Menestrel « OBA »

Mix de Water-Polis ou d’Océano-World, mondes...

Contribution publique

Mix de Water-Polis ou d’Océano-World, mondes abyssaux, zones marines hantées par tous les déchets flottants du monde, filet monstrueux d’un bateau de pêche fantôme : voilà ce vers quoi nous a entraînés l’expérimentation d’OBA, la nouvelle création d’Antoine Le Ménestrel et Jean-Marie Maddeddu ce vendredi 3 mai 2013. Dans la Halle du Fourneau, il ne manquait plus que les odeurs de goudron, d’algues pourries, les squelettes d’oiseaux de mer ou les cadavres de baleines en décomposition...

Aujourd’hui, sur les plages, quand on ouvre le ventre d’une tortue de mer, d’un dauphin ou d’un baleineau échoués on y trouve des sacs de plastique, des bouts de caoutchouc, des bouchons de bouteilles, du carton, du film d’emballage... Matériel rêvé pour Antoine Spider-Crab et, Dudu son sorcier musicien en sombrero noir de coaltar et kilt couleur d’écailles. Matériel rêvé afin d’habiller un filet mural, structure de cordages sur laquelle le Spider-Crab évolue, lentement, tissant par petites touches le portrait d’un monstre marin dont la gueule aurait fait fuir Moby Dick, tandis qu’au sol -sur le rivage- le pirate au sombrero joue une partition musicale imaginaire aux multiples accents à partir d’instruments de musique qui, pour la plupart, en sont à peine : couvercles, bidons, ballons, tuyaux, bâches... Les sons rythment les déplacements de l’aCRABate (oui, bon...) et les contorsions de l’araignée qui dessine un œil, accroche une oreille et sa boucle brillante, pose un nez de clown, cerne une bouche lippue pour tracer le portrait de ce Léviathan de l’ère du pétrole et des plastiques... On vous dit Léviathan mais ça peut être aussi bien la grand-mère du Capitaine Crochet ou le cuisinier du "Hollandais Volant", qui sait ? Ce dont on est sûr : c’est un monstre qui ne dort que d’un œil et qu’un grand coup de corne de bélier, sirène mugissante dans la brume, peut mettre en fureur jusqu’à envoyer par le fond tout l’attirail et la quincaille qui va avec. C’est jamais tendres ces bestiaux...

Vendredi soir, OBA, la création d’Antoine Le Ménestrel, Jean-Marie Maddeddu, Vincent Lambert et Jean-Luc Bichon sortait de sa boîte de crabe. La recette n’est pas finie. Vendredi soir il manquait un jeu de lumières, par exemple. La recette finale on pourra y goûter encore à Brest pendant les jeudis du port du mois d’août et là ça se passera dehors, sous le regard critique des marins du Port De, flanqués de leurs bourgeoises et de leurs moussaillons, dans les odeurs de fish-and-chips ou de soupe de poissons, le tout au son de vagues plus vraies que nature et de cris de goélands. Ce jour-là encore ça ne manquera pas de sel cette affaire.

Photo : lefourneau.com

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |