Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les reportages > Les résidences > Groupe ToNNe > Résidence du Groupe ToNNe sur l’Ile de Molène

Groupe ToNNe

Résidence du Groupe ToNNe sur l’Ile de Molène

Reportage officiel

Du 4 au 17 mars 2019, Mathurin Gasparini et Maude Fumey sont accueillis par Le Fourneau et Marie Grall à La Chimère sur l’île de Molène.

"Pendant 15 jours, nous retranscrivons les paroles du séminaire sur la déambulation théâtrale que nous avons mené en janvier*. Cette retranscription est destinée à être publiée, agrémentée des réflexions de Stéphanie Ruffier, en 2020.  
Et là, on est bien au bord de l’océan. Quel plaisir d’être dans ce bel endroit et d’écouter les mots des Arts Oseurs, des Fugaces, de la Baleine-Cargo, La Hurlante, No Tunes International, Action d’Espace et du Groupe Tonne. Merci au Fourneau !

Arrivés à Brest le lundi 4 mars, il fait nuit.  
Je repense à notre dernière résidence ici avec le Groupe ToNNe, à cette bande de pirates que nous cherchions à faire naître pour le spectacle Mes Déménagements. Je bois une bière sous les embruns, à l’Irish pub derrière Le Fourneau et je revois nos silhouettes colorées défiler devant moi… Cette fois-ci, nous ne sommes que deux, nos préoccupations sont toutes autres, pas de jeu, pas de bande de pirates, on part s’isoler, on va écrire.  

Marie Grall et son accueil chaleureux nous attendent à la sortie du bateau. 
A peine le premier pied posé sur cette île, c’est au son de sa voix et à travers le récit de ses milles aventures avec la Chimère, visite de l’île, informations techniques de survies, horaires du proxi, des marées, du tabac-presse, et l’histoire des bonnes soeurs et du trésor de la couronne d’Angleterre que nous entrons en contact avec Molène. On est loin de chez nous, ça y’est c’est sûr, la résidence d’écriture pour le bouquin sur les déambulations commence vraiment. 

Je prends un réel plaisir à réécouter toutes ces voix dans ce lieu magique. Je replonge dans la joie qu’a été ce séminaire. La générosité des échanges, l’écoute assidue de tous et l’émotion pour chacun de se raconter, de plonger dans sa pratique et d’expliquer comment elle ou lui fait pour fabriquer du théâtre en déambulation.  

Je retrouve et tente de mettre en mots les anecdotes croustillantes de Fabrice, Périne et Caro raconter comment elles fabriquent, Laura jouer avec les mots, Cécile s’emballer en expliquant comme c’est long et savoureux de travailler un texte pour la rue, Mathurin dire du bout des lèvres ce que représente l’écriture pour lui, Françoise et François s’émouvoir et parler d’humanité.  

Mathurin dit qu’on avance bien, qu’il aime relire, qu’il y a de sacrement beaux passages, idées, revendications dans tout ce qui est dit. Il dit aussi que c’est bien ici parce qu’il fait beau plusieurs fois par jours. Il va régulièrement boire un café sur la digue.

Notre travail consiste à retranscrire les échanges concernant le déplacement dans l’espace public. Comment on incite, invite les spectateurs à se déplacer ? Comment la dramaturgie d’un spectacle s’articule autour de cette contrainte qui sera partie prenante dans le sujet même du spectacle.

Faire le tour de l’île est notre quotidien, dans un sens, dans l’autre, à marée basse ou haute, rapidement ou en s’offrant de grands moments d’observation. 
J’adore ce décor de vagues, de pierres géantes dans l’eau et tous ces petits lapins qui courent dans les champs. Les paysagistes et leurs machines, l’agriculteur sur son tracteur qui travaille la terre, l’homme avec son chien qui a une gueule de vieux loubard, la femme de la crêperie qui fume sur son balcon, l’autre homme avec son chien, son bouquet et son sourire, la voix du maire au détour d’une petite ruelle, chaleureuse et qui fait tout de suite du bien et les pêcheurs qui me conseillent de guetter les phoques. 

On attaque notre deuxième semaine sur l’île avec le thème de la relation au public créée par le mouvement. Qu’est-ce qu’on arrive à créer dans la rue en se déplaçant en groupe ? Quelle communion s’opère ? Est-elle pensée et réfléchie ? Se révèle-t-elle au cours de la création ?  

La cuisine penchée de la Chimère me fait toujours de l’effet, je ne m’habitue pas ! 
Une partie de la maison s’est enfoncée dans le sable, donc elle penche et ça me perturbe depuis le premier jour. J’ai la sensation de sentir le sol bouger, la terre tourner. 

La retranscription va se clôturer sur le texte, chacun raconte son rapport à l’écriture. 

Question centrale de notre séminaire, car tous ces spectacles sont passés par des phases d’écritures de textes, de récits sensibles. Et c’est très émotionnel, je retraverse en écoutant les pleurs, les doutes, les frustrations, les échecs, les difficultés, les heures de travail, partagés par chacun, c’est très beau.  
Certains jours sont plus tournés vers l’intérieur, pas de sortie, ça bosse. Heureusement Fabrice Watelet me fait toujours beaucoup rire quand il prend la parole il nous embarque sur ses 1000 souvenirs de la rue. 

Le soir du mardi 12 Mathurin dit « Homard ! » l’ensemble du texte est retranscrit, et les cinquante premières pages sont nettoyées.
Les relectures, réécritures, annexes et glossaire commencent à s’écrire. 

Pendant deux semaines, avec Mathurin Gasparini, on a passé nos journées avec les voix de Françoise Guillaumond, Francois Rascalou, Périne Faivre, Fabrice Watelet, Caroline Cano, Laura Dahan et Cécile Le Meignen, ponctuées par des interventions de Dominique Trichet et Stéphanie Ruffier. 
Comme nos sorties furent brèves, que le tour de l’île est rapide et les pêcheurs pas si bavards, j’ai eu l’impression qu’ils étaient tous un peu là."

Maude 

*séminaire "Les enjeux de la déambulation théâtrale", qui s’est déroulé du 20 au 25 janvier 2019 au CNAREP Quelques p’Arts (07)

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |