Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les reportages > Les Rias > Jeudi 29 août 2013 > Carnet de la Chimère, jeudi midi, manoir de Kernault

Jeudi 29 août 2013

Carnet de la Chimère, jeudi midi, manoir de Kernault

La Foirce a permis de déplacer un manoir de plusieurs tonnes de haut !

Reportage officiel

C’est dans le domaine de Kernault, sur la commune de Mellac, que se poursuit mon aventure du jour. J’ai rendez-vous devant le manoir pour un événement aussi improbable que réaliste et, visiblement, je ne suis pas seul.

Fred Tousch y a promis d’élever l’ensemble du bâtiment à 2 mètres de hauteur, mais aussi de lui demander de saluer les enfants par une infime rotation sur sa base. En guise d’échauffement, pour faire face à l’affluence, le public commence par reculer de 2 mètres les gradins, histoire de faire de la place pour ceux qui veulent s’asseoir devant. C’est aussi ça l’esprit des RIAS : tout faire pour permettre à chacun de bien vivre le festival.

Après un état des lieux extérieur du manoir et un contrôle du métré par Sèb, huissier d’un jour choisi parmi les spectateurs, Danièle, directrice du site, s’assure de la bonne fermeture de la porte et laisse les 3 artistes à leur rude tâche.

Gouailleur à souhait, poète à 16h et magistralement soutenu par la guitare de Slide Bwain et par son serviteur indien Bahasmati, Jean-Claude Pasquier, alias Fred Tousch, se met à l’oeuvre pour diffuser en chacun sa Foirce, un subtil mélange de foi et de force.

La présence d’un souterrain nécessitera tout de même, pour déplacer le manoir, un rapide coup de main de quelques spectateurs.

En quelques instants, le résultat est là et, après contrôle d’huissier, le déplacement du manoir a bien eu lieu. Mission accomplie pour l’équipe de transporteurs aériens. « Désormais, la Foirce est en nours et, si tu prends le côté bon, tu le fais pour les avec » concluent les membres de la compagnie avant de se lancer dans un dernier délire scénique.

Encore branlant, le manoir rouvre ses portes. Pour prolonger l’après-midi, 3 animations sont proposées aux familles : le verger, les arbres et l’histoire du manoir. Avec une visite de l’exposition temporaire qui s’intitule « Souvent les arbres bougent » ; aujourd’hui, les manoirs aussi ! Après un pique-nique dans les jardins, les spectateurs et professionnels ont rendez-vous sous les arbres pour échanger sur « Arts en espace public : à la croisée des réseaux »

De mon côté, en partant, je croise un spectateur dont le T-shirt ne m’inspire pas trop. Il doit dater de l’année dernière, au moins !

Ce n’est pas trop grave. Demain, vendredi, c’est le jour du poisson. Ma journée en quelque sorte ! Mais d’ici là, le festival les RIAS se poursuit et j’ai rendez-vous pour la soirée à Guilligomarc’h et à Quimperlé. J’avais promis de lever le haut aujourd’hui. Grâce à Jac et à son appareil photo, me voici pris sur le vif lors d’un contrôle de gendarmerie en plein cœur de Bannalec, mercredi. Ai-je l’air si intrigante ?

Diaporama

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |