Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les reportages > Les Rias > Lundi 2 septembre 2013 > Carnet de la Chimère, lundi 33 août 2013

Lundi 2 septembre 2013

Carnet de la Chimère, lundi 33 août 2013

Un au revoir en quelques clins d’ouïe

Reportage officiel

Les RIAS 2013 sont désormais achevées. Les nombreux sites dédiés, durant 5 jours et nuits au théâtre de rue ont retrouvé leur visage habituel qu’ils conserveront pendant une année complète. Il reste, dans ma tête et dans celle des milliers de spectateurs, des images fortes et colorées et des souvenirs qui alimenteront encore les conversations lors des longues soirées d’hiver.
Cette seconde édition du festival, sur l’ensemble du territoire de la COCOPAQ, lui a permis de gagner ses lettres de noblesse et une notoriété qui dépasse, désormais, les frontières de la Bretagne.

Des records de fréquentation ont été atteints, dans chacune des 8 communes d’accueil. Le public, qu’il soit local ou extérieur au Pays de Quimperlé a pu découvrir des sites somptueux, à l’écart des routes fréquentées ou au cœur des communes. Et, dans chacun de ces endroits, la rencontre a bien eu lieu avec des artistes dont la qualité du travail se trouve renforcée par une forte volonté de partager leurs émotions, coups de gueule, techniques circassiennes. Cette magie a opéré partout et s’est transformée en un véritable partage du territoire, celui des terres océanes, accueillant, riche de ses diversités, surprenant.

Alors il est temps de tirer un grand coup de chapeau à tous : organisateurs, artistes, techniciens, bénévoles, spectateurs, commerçants, médias,...
L’édition 2014 est déjà attendue et va se préparer dans 4 nouvelles communes intérieures de la COCOPAQ, dans la ville-centre et dans les 3 villes littorales.
Il me tarde déjà d’y revenir mais, pour l’heure, la Chimère que je suis doit regagner les océans. Mes jambes d’humain vont pouvoir se reposer un peu et laisser ma tête de poisson me guider durant une année de dérive aquatique.
Avant cette plongée, j’ai eu envie de vous adresser quelques clins d’ouïe. Des images prises au hasard, souvent à l’écart des spectacles, dans les coulisses du festival les RIAS 2013.
Bon voyage à vous aussi et à l’année prochaine.
La Chimère.

La surprise du final à la chapelle Trémor
A peine sorti de création, le spectacle Maître Fendard (ah ah ah) a été joué pour la 1re fois en public dans le cadre des RIAS. Michèle Bosseur et Claude Morizur, codirecteurs du Fourneau, ont tenu à marquer cette naissance artistique et ont offert à la compagnie un petit cadeau. Un kit complet pour faire des châteaux de sable et permettre ainsi au brillant avocat de poursuivre sa quête de vérité durant toute la vie de son spectacle, à la rue ou à l’ombre des chênes.

La « public attitude » pour bien vivre le festival
A chacun son style et sa technique pour vivre au mieux le festival. Pour surpasser ceux qui ne veulent pas s’asseoir, rien de tel que de monter sur des échasses...

… et, pour changer bébé, il suffit de prendre un peu de recul pour trouver un muret accueillant.

Etre spectateur, c’est aussi participer à sa façon à la mise en scène. Il y a ceux qui prêtent leur humour pour la photo (exemple à suivre),...

… ceux qui mettent du temps à comprendre que, même dans la rue, on ne monte pas sur scène, fut-elle au ras du sol et confortable. Et ceci même si l’on a des talents de musicien (exemples à ne pas suivre)...


Et puis il y a les gestes qui sauvent : bien informer les jeunes enfants que les monstres d’humanité ne sont que des (très bons) comédiens ; ça évite les pleurs...

… se protéger du soleil, omniprésent sur cette nouvelle édition des RIAS, par tout moyen à sa convenance...


… surtout si la une du journal est en phase (lunaire ?) avec la plaidoirie d’un certain Maître Fendard (ah ah ah).
Il y a aussi les créations spontanées de parking à poussette, voire à ordinateurs.


Et combien d’autres surprises ???
A Guilligomarc’h, entre 2 spectacles, on pouvait se faire une coupe de cheveux grâce au coiffeur ambulant posté près de l’église,

à Saint-Léger, chercher le mouton à 5 pattes et trouver la chaise à 3 pieds, ou, à Bannalec, découvrir une nouvelle gargouille sur le clocher.


De mon côté, durant 5 jours, je me suis sentie dans mon élément, grâce à cette eau omniprésente dans le Pays de Quimperlé et aux clins d’oeil de certaines compagnies.


Merci à tous ces acteurs, volontaires ou involontaires, de ces petits instants magiques qui participent, chaque jour, à faire du festival les RIAS ce qu’il est et ce qu’il deviendra dès l’an prochain.

Diaporama

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |