Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les reportages > Les Rias > Jeudi 29 août 2013 > Carnet de la Chimère, jeudi soir à Quimperlé

Jeudi 29 août 2013

Carnet de la Chimère, jeudi soir à Quimperlé

Les arts de la rue investissent la ville pour 2 soirées

Reportage officiel

La constante de la soirée, en basse-ville de Quimperlé, c’était certainement la foule massée autour des scènes ou déambulant dans les rues. En raison de la programmation multiple, certains ont dû faire leur choix et ils compléteront leur voyage dans les RIAS 2013 demain, avec les spectacles manqués, accompagnés par les nouveaux arrivants.

De mon côté, j’ai oublié mon programme entre 2 écailles et me suis dirigé au son, tout en suivant certains spectateurs vers les petites places de la ville. Tout a débuté par les basques de Deabru Beltzak et leurs tambours de feu.

Quand une étrange bestiole crache le feu sur le pavé au rythme des tambours joués par des personnages pas tibulaires au premier regard, ça intrigue mais ça attire également et j’ai surfé sur la vague, comme tant d’autres spectateurs.

Leurs rituels déambulatoires nous ont amenés à la place Sainte-Croix où les scènes sont prêtes pour les prochains spectacles. Je traverse la rivière et me dirige par une sombre ruelle vers la place Lovignon, que je rebaptise vite Jardin Lovignon, tant la verdure y est présente. Là, perché sur un escabeau, un gâs de la mer d’ici m’invite à participer à son Marché d’la carcasse. Je me laisse tenter même si le personnage qui le rejoint ne m’inspire pas vraiment confiance. Surtout quand elle annonce que son marché, c’est pour ceux « qui en ont porté sur la dorsale et ont du poil sous les écailles ».

J’aurai dû écouter mon instinct de poisson et ne pas laisser mes jambes humaines me commander. Au fond du parc, après être passé sous un lustre de poissons morts et dépecés, je tombe dans une fête foraine à l’ancienne où un stand propose même des yeux de poisson « Je peux jeter un œil dans votre sac ? ».

Mais trop tard, j’y suis et je m’y arrête ! Un véritable régal (hormis la vue de mes congénères), mais pas toujours la fête pour mon gâs de la mer aperçu lors de l’accueil.

L’oeil encore brillant et l’écaille légèrement humide de mes sueurs froides, je regagne l’autre rive pour me détendre un peu avec l’ami POC et son spectacle de jonglage musical, Bobby & moi.

Ce type doit être né avec une balle au bout de chaque doigt et 5 chapeaux sur la tête. Il manipule les unes et les autres avec une précision qui tient de la magie. Et en parfaite synchronisation avec le 33 tours qui tourne sur sa platine vinyle.


Le spectacle idéal avant une nuit de sommeil bien méritée, dans le lit d’une des rivières de la ville-basse. Demain, je me rends à Rédéné puis à Mellac avant de revenir à Quimperlé en soirée pour assister aux derniers spectacles dans les terres océanes. Samedi et dimanche, le festival les RIAS prend ses quartiers côtiers, dans les 3 communes littorales du Pays de Quimperlé.

Diaporama

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |