Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les interviews > Doriane Moretus & Patrick Dordoigne, co-directeur·rice·s artistiques de (...)

Les interviews

Doriane Moretus & Patrick Dordoigne, co-directeur·rice·s artistiques de la compagnie Adhok

Interview pour le Livret de bord janvier-juin 2020


Crédit Adhok

Cette nouvelle création, Qui vive, est l’aboutissement d’une trilogie dédiée aux questions générationnelles. Avec Le Fourneau, aux Rias 2013, vous avez présenté le volet sur les 60-80 ans*, puis vous êtes venus en résidence de création en 2016 à Brest pour le volet sur les 20-30 ans**. Comment est venue cette envie d’écrire sur les âges de la vie ?

Rien n’a été prémédité dans la construction de cette trilogie. Pour le volet sur les 60-80 ans, c’est en voyant nos parents vieillir et en regardant de plus près les conditions dans lesquelles ils étaient amenés à vivre cette étape de leur existence que nous avons été très touchés et parfois bouleversés. Avec Adhok, nous avons toujours eu besoin d’avoir des sujets qui nous questionnent profondément. Pour les 20-30 ans, l’impulsion est venue du regard sur nos propres enfants, des questions que nous nous posions sur leur avenir.
Pour Qui vive, alors que nous réfléchissions à notre prochain projet, il est progressivement devenu évident qu’il nous fallait porter un regard sur cette vaste période qui sépare l’« enfance » de la « vieillesse ». La dernière pièce du puzzle, le dernier volet d’une trilogie qui couvre l’étendue d’une vie de femme et d’homme. Cette fois-ci donc… cette vaste tranche d’âge de 30 à 60 ans. Pari impossible mais plutôt excitant quand on est mordu de création !
Au moment où nous écrivons ces lignes nous sommes encore en pleine exploration des pistes qui s’offrent à nous. Nous allons partir de notre point de vue et notre âge actuel pour nous propulser 30 ans en arrière ! Il sera question d’amour, de couple, d’enfants, de parents, de travail, du temps qui file et des questions qui jalonnent une vie, et de la « grande histoire » dans laquelle s’inscrit toute vie !

Pourquoi avez-vous fait le choix d’un duo ?

À vrai dire, la perspective de jouer tous les deux nous est apparue comme un nouveau challenge assez stimulant. Et puis nous qui aimons être au plus près de nos sujets, là nous sommes en plein dedans ! Nous aimons travailler en groupe, mais les précédents spectacles étant encore en tournée, nous ne voulions pas présumer de nos forces en ayant à gérer une nouvelle grande équipe. Bref, c’est un mix entre la conduite raisonnée d’une histoire et la prise de risque déraisonnable qui est l’aiguillon de la création.

Vous êtes tous deux des figures des Arts de la rue, collaborant avec diverses compagnies historiques depuis plus de 30 ans. Pourquoi avez-vous choisi de créer pour l’espace public ?

Patrick  : J’ai plongé dans cette aventure de création pour l’espace public car j’avais le sentiment que tout était à inventer, qu’il y avait là un terrain à défricher. Je trouvais là un espace de liberté pour l’imaginaire, de complicité et de surprise dans le rapport au public, de détournement réjouissant des lieux du quotidien. Certes le contexte a beaucoup changé, moi aussi… mais je conserve cette étincelle quand je commence à me laisser rêver et à projeter une nouvelle histoire dans la rue !

Doriane  : Je rajouterais que c’est l’espace public qui est venu à moi et j’y suis restée parce que je me sentais bien au grand air ! Que c’est moins cloisonné, plus accessible à un public moins averti. Qu’un même spectacle résonne différemment selon l’endroit où il se joue… Que le spectacle en espace public crée du lien social et donne une autre perspective de certains lieux oubliés.

*Issue de secours, déambulation diurne et Point de fuite, spectacle en fixe nocturne
** Le nid, spectacle en fixe nocturne et L’envol, déambulation diurne

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |