Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les reportages > DañsFabrik > "Danse-rebond" sur la place des Machines avec "Pulse" de la compagnie (...)

DañsFabrik

"Danse-rebond" sur la place des Machines avec "Pulse" de la compagnie Kiaï

Expérimentations publiques aux Ateliers des Capucins les 6 et 7 mars 2020 dans le cadre de DañsFabrik

Reportage officiel

Vendredi 6 et samedi 7 mars, la compagnie Kiaï, accueillie en résidence au Fourneau, présente une étape de sa création Pulse à l’occasion du festival Dansfabrik, en partenariat avec le Quartz.

À deux reprises, le public s’est envolé avec les interprètes au fil de leur "danse-rebond"...

Un petit bond, puis un autre, Maya est progressivement rejointe par l’ensemble de la bande qui passe d’un tapis à l’autre.

André, chemise blanche, devient une sorte de mage télékinésiste... Campé au centre de la structure, il projette avec ses bras les corps dans un vent tourbillonnant. L’une des images les plus puissantes de cette expérimentation publique !

Le ballet aérien reprend, entre saltos, vrilles, sauts d’un trampoline à l’autre, croisements...

Théo joue le rôle du "chien fou", prenant le contrepied, accélérant quand les autres ralentissent, usant de son corps comme d’un jouet désarticulé.

Apparition, puis disparition : tout passe par les discrètes petites trappes latérales. Mécanique de précision que de se jeter dans un si petit orifice !

Sous le regard attentif de Fred, aux manettes du son, les 6 interprètes sont guidés par la mélodie.

Alex réalise un solo d’une impeccable précision, jouant sur le déséquilibre, passant du dos au ventre, d’un horizon à l’autre.

Moment suspendu dans la lumière filtrant des baies : le mouvement ralenti à l’extrême, les regards figés dans une même direction, les corps dérivant lentement... jusqu’au premier pas en avant.

Puis, par couple, une valse endiablée fait virevolter les corps, mais aussi les regards des spectateurs ne sachant où poser les yeux !

À deux sur le trampoline, la coordination est primordiale : une erreur dans le rythme dicté par la musique et le corps de l’autre, et c’est la surface de rebond de son partenaire qui devient difficilement contrôlable...

Le public est happé par la beauté de ces corps suspendus.

Au bout des 35 minutes de présentation, on est en joie, le plaisir communicatif des interprètes à habiter cette structure bondissante nous pénètre entièrement !

Il reste encore un peu de travail pour Cyrille, Maya, André, Théo, Max et Alessandro afin d’aller au bout de cette création, dont les premières auront lieu du 9 au 11 juillet prochain au festival d’Alba-la-romaine.

Pour découvrir Pulse dans l’œil de Jacques, c’est par ici !
Et pour revoir le spectacle dans l’œil de Steph, c’est par là !

Diaporama

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |