Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les reportages > Les Rias > Mardi 26 août 2014 > Mardi 26 août, après-midi et soirée

Mardi 26 août 2014

Mardi 26 août, après-midi et soirée

Et je déclare le festival les RIAS 2014 ouvert !

Reportage officiel

Une visite rapide au quartier général du festival, en centre-ville de Quimperlé me confirme que la température monte régulièrement, mais surtout que tout le monde est à son poste : artistes, organisateurs, bénévoles, services municipaux et communautaires, chimère,...

Tout ce petit monde attend chaleureusement le public, attendu en masse à Saint-Thurien pour l’ouverture du festival.
Il est temps pour moi de regagner l’Isole, l’une des rivières qui traverse la ville-centre et qui va me permettre de rejoindre la foule, d’un coup de nageoire caudale (oserais-je écrire « que dalle, ceinture, rien » ?).
L’approche de Saint-Thurien, avec ses moulins et petits ruisseaux se jetant dans l’Isole, est à l’image des autres communes de la COCOPAQ : l’eau, ici, est omniprésente.

Je découvre un charmant petit village à l’accès routier joliment fleuri qui affiche 997 âmes en temps ordinaire.


En y ajoutant 3 points de suspension, nous voilà au millier. Le compte est bon ; ça roule !

Acte un : décompte public du lancement des RIAS 2014
A 19h12 précises, les représentants du Fourneau et le président de la COCOPAQ montent sur la scène installée sur la place du bourg. A leur invitation, le public lance le décompte : 16, 15, 14… 16 comme le nombre de communes de la Communauté.

Et au top final, le coup de gong résonne. Ca y est, l’édition 2014 du festival les RIAS est officiellement lancée.

Mais la soirée ne fait que commencer. D’étranges personnages tout d’argent (la couleur, pas la valeur) vêtus font leur apparition, à la recherche de la Chimère, disparue depuis un an. Un frisson me traverse, car je suis là dans la foule, mais heureusement, ces chasseurs de Chimère ne m’ont pas repérée et ils s’en prennent à 2 gentils canards, sur scène d’abord, puis au balcon d’une maison. Ouf !

Acte 2, Voyage en bordure du bord du bout du monde
Surprises, le 3 000 personnes réunies devant la scène se laissent finalement prendre au jeu et finissent par suivre ces extraterrestres vers une petite place à l’écart du bourg. Là, les frères Grimox de la compagnie « 3 points de suspension » prennent le relais et embarquent la foule à la bordure du bout du monde.


Du solide ! Une forme d’ancrage du festival dans un rêve éveillé dont personne ne voudra sortir avant dimanche, et encore… Les 3 points de suspension, ça envoie ! En l’air, en texte, en gestuelle et en effets spéciaux.



En bordure d’une foule, désormais de près de 4 000 personnes, les plus petits ferment les yeux devant certaines scènes un rien sanglantes, leurs aînés s’associent aux héros dans cette aventure rocambolesque et les plus grands rythment le spectacle de leurs rires, complices de cette folie collective.

Quant à moi, je suis dans mon élément au milieu des moulpes et autres animaux incroyables qui sont montés sur scène. En pleine partie de pêche, les comédiens ont traversé une forte tempête et c’est à ce moment seulement qu’une pluie fine est venue me rafraîchir les ouïes pendant quelques minutes , vite oubliée. Si le ciel s’est un peu voilé ce soir, le festival les RIAS s’est dévoilé : fort en émotions et en humour, fédérateur des publics de tous âges du territoire, riche et surprenant.
Tard dans la nuit, à Saint-Thurien, les habitants échangeaient encore quelques mots avec des extraterrestres égarés tandis que les bénévoles des associations de la commune assuraient la convivialité avec les derniers spectateurs. C’est aussi ça le spectacle vivant.

Demain, il revient à Saint-Thurien par « une sieste sifflée » dans l’après-midi et se poursuit à Querrien avec 4 spectacles à ne pas manquer.
Je vous y retrouverai. Si vous me cherchez, voici un indice : je ne suis ni un grand canard ni une moulpe mais vous retrouverez ma silhouette sur toutes les affiches et programmes du Festival. Bonne chance ; je sais me faire discrète.

Diaporama

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46 | Fax. 02 98 46 42 03

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |