Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les reportages > Les Rias > Mercredi 28 août 2019 > "En apnée"... C’est l’histoire d’un ballon de hand-ball.

Mercredi 28 août 2019

"En apnée"... C’est l’histoire d’un ballon de hand-ball.

La compagnie Délit de Façade dans les rues d’Arzano

Reportage officiel

Deux jeunes ados, Anna et Max son ami d’enfance, se retrouvent dans un quartier, dans la rue. Ils forment un groupe de soutien « pour échapper aux gens bien pensants qui croient tout savoir sur les ados ».

Anna est une jeune fille qui « fréquente les scanners », elle est malade : « l’année prochaine elle sera en stade terminal » ! Elle se croit condamnée par le cancer.

Max se prend pour « un boulet dépressif à lunettes » .
« Tu es physiquement malade, je suis psychiquement atteint » lui dit-il.
« Notre vie craint : moi, je broie du noir et toi tu es broyée ».

Les mots « clamser, crever, disparaître » reviennent dans leur conversation. Un vrai abécédaire de la déprime !

Et Franck surgit de nulle part jouant avec un ballon de hand.

Sous le regard méfiant de Max, il tente de séduire Anna en dansant et frimant.

Il se présente en tant que jeune atteint d’une tumeur et subissant les PEP « parents en pleurs ». Cependant, Max doute que l’on puisse ouvrir le groupe à quelqu’un qui se dit en rémission et qui les nargue.

Mais petit à petit Franck apprivoise Anna.

Anna dit « l’amour me touche alors que la vie s’en va ».

« Anna qui déchire ses radiographies aux poumons abîmés,
Anna qui fait le mur dans sa tête,
Anna qui se barricade dans sa chambre,
Anna qui cogne, explose, frappe mais ne pleure pas,
Anna qui gifle, pousse, crache mais ne pleure pas,
Anna qui subit des traitements qui donnent des nausées et des vertiges et la détruisent à petit feu,
Anna qui vit, qui ne veut pas mourir, qui fait des pieds au mur »

Mais Anna n’est pas seule, le public est avec elle !

Elle dit aussi : « Je ne peux pas m’attacher, je suis une bombe prête à exploser »
Mais Anna doute : « De ce puits de souffrance, pourrait-on trouver un océan de beauté ? »

Alors ? Peut-on tomber amoureux dans ces circonstances ? Peut-on aimer ? Peut-on espérer ? Que ferions-nous à leur place ?

« En apnée » évoque en même temps le deuil, le renoncement et le premier baiser, la passion qui saisit de jeunes gens à la fois à l’orée de la vie et à son terme.

« En apnée » … nous y croyons vraiment...
Le public est attentif, grave. Les émotions se ressentent à la hauteur du talent exceptionnel des acteurs, basé sur une incarnation fougueuse et subtile des personnages. Ils expriment tous les thèmes qui rendent l’adolescence si exceptionnelle : l’amitié, l’amour, la quête de sens, le regard sur la mort.

Ce n’est pas triste, ni démagogique mais la tendresse, l’humanité et la sensibilité du texte font fondre les spectateurs : A l’ultime minute du spectacle, le silence est exceptionnel.
Même les oiseaux se taisent pour accompagner les quelques larmes de plusieurs spectateurs.

Diaporama

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |