Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les reportages > Les Rias > Mercredi 27 août 2014 > Mercredi 27, début de soirée à Querrien

Mercredi 27 août 2014

Mercredi 27, début de soirée à Querrien

Quand le conte oral côtoie le mime

Reportage officiel

La commune de Querrien est la 14e visitée par les RIAS au cours de ses 3 éditions dans le pays de Quimperlé. Elle est cernée par l’eau : au nord par le Naïc, au sud par l’Isole et, exceptionnellement aujourd’hui, en haut par la pluie !

A deux pas du centre-bourg, la charmante chapelle Saint-Joseph, élément notoire du patrimoine religieux de la commune, accueille désormais la bibliothèque et ses nombreux ouvrages et, exceptionnellement aujourd’hui, une loge d’artiste.

Avec ma peau d’écailles, je suis la seule à ne pas craindre les aléas de la météo. Ici, les artistes, organisateurs, techniciens et premiers spectateurs ont pris les devants et se sont équipés. Rien ne peut arrêter la belle machine qu’est le festival : il suffit de s’adapter.


Ce soir, le festival semble prendre sa vitesse de croisière, accompagné par les associations locales qui préparent l’accueil du public qui trouvera à se restaurer entre les 2 séries de 2 spectacles.

19h12 sonnent au clocher de l’église. Le clown Léandre investit un côté de l’église tandis qu’attifa s’approche de la Médiathèque.


Avec Valérie Véril, de la Cie Anne Sybille Couvert, c’est l’Afrique toute entière qui s’invite à Querrien pendant plus d’une heure. Sans aucun préjugé, elle tricote et détricote son conte y mêlant des anecdotes aussi vraies que vécues mais surtout des références à des différences culturelles souvent passées au stade du stéréotype. A sa manière, toujours avec humour, Attifa de Yambolé offre avec beaucoup de générosité un autre regard sur notre monde et questionne. Mais il vaut mieux avoir dépassé le stade de l’enfance pour apprécier pleinement les multiples degrés de son spectacle et participer, avec elle, à ce beau voyage… Une invitation à y participer à nouveau, vendredi à 15h03 à Tréméven.


De l’autre côté de l’église, Léandre Ribera est aussi à l’opposé dans l’utilisation du langage. Dans No sé, le clown n’a que son corps et son riche panel d’expressions pour communiquer avec le public. Quoi que ! Sans le décor naturel, sans les réactions des spectateurs et sans ces petits riens qui font la vie quotidienne, il ne pourrait pas utiliser ses talents d’improvisateur. Tantôt triste, tantôt rude avec les jeunes enfants, sa grande sensibilité fait rapidement du public son complice. C’est drôle, sincère et chaque fois renouvelé. A Querrien, histoire de s’abriter un peu de la pluie, il a quitté sa scène pour entrer dans un appartement et réapparaître au balcon sous un tonnerre d’applaudissements. No sé, ca fonctionne à merveille et j’ai hâte d’en voir une nouvelle version, jeudi à 12h12 en ville-haute de Quimperlé.


Fin de première partie de soirée. Le public va trouver un endroit pour se restaurer, au sec, en attendant la reprise des festivités, toujours dans le bourg de Querrien.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46 | Fax. 02 98 46 42 03

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |