Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les reportages > Noël de la Ville de Brest > Conte de Noël chapitre II

Noël de la Ville de Brest

Conte de Noël chapitre II

Le Père Noël et le Tonnerre de Brest

Reportage officiel

« Brest, terminus du train ». La voix dans le haut-parleur de la gare sortit Sam de ses pensées. Ici, c’est Brest et, pour aller plus à l’Ouest, il n’y a guère que les bateaux à pouvoir emprunter le rail d’Ouessant. La locomotive posée contre son buttoir en bout de quai l’attestait.

« Quelle idée a bien pu traverser la barbe du Père Noël pour qu’il choisisse de faire étape à la pointe de la Bretagne ? ». Sam avait fait le déplacement pour le savoir et, désormais, il lui fallait tirer cette affaire au clair.

A cette heure matinale, le soleil amorçait sa montée vers la rade et se préparait à envelopper la ville d’une douce chaleur. De l’esplanade de la gare, la vue embrassait les installations du port de commerce, les bateaux militaires ou de plaisance sagement amarrés aux pontons, les premiers quartiers de la métropole océane.

« Une petite promenade sera bien profitable à mes jambes engourdies par le séjour dans le wagon » se dit Sam.

Tel Jean Gabin dans « Remorques », il emprunta le grand escalier descendant vers le port, laissant doucement sa main glisser sur les rampes métalliques, fraîches comme après une bonne nuit. Face à lui, entre les commerces et restaurants, il fut attiré par un étrange hangar bleu. L’immense « Bonjour-bonsoir » inscrit sur ses grandes portes entrouvertes donnait le ton et d’étranges bruits et rires finirent de l’amadouer. Il glissa un œil à l’intérieur.

Dans le hall, les caravanes colorées n’avaient rien d’un traîneau, mais pourtant, pourtant, c’étaient bien les habits du Père Noël qui séchaient derrière, sur un fil. Une tenue XXL, digne d’un grand homme. Les écrans radar de Libourne ne s’étaient donc pas trompés : la piste du Père Noël commençait bien ici.

Après s’être glissé dans l’entrebâillement des grandes portes, il se trouva embarqué dans le sillage d’un groupe d’habitants qui s’activaient déjà, malgré l’heure matinale, autour de grandes tables. Joyeux comme des lutins, ils maniaient l’outillage, ponçaient le bois et la résine, collaient, admiraient l’effet des couches de peinture successives et, sous les yeux de Sam, d’immenses décors semblaient prendre vie.

Etait-il arrivé dans l’atelier secret du Père Noël que tant petits et grands enfants rêvent de visiter ?
Deux lutins au fort et agréable accent irlandais, Colm et Finn, le lui confirmèrent discrètement. Il apprit aussi que le Père Noël y avait fait un passage il y a peu de temps. Il était arrivé avec la barbe hirsute et le bonnet de travers. Ses rennes semblaient sonnés et le traîneau était endommagé. Un rapide coup de peigne au Grand Homme, une poignée de carottes pour les rennes et une retouche de peinture au traîneau avaient permis aux lutins, comme par magie, de tout remettre en ordre et le Père Noël était reparti vers d’autres cieux, aussi vite qu’il était arrivé.
Riche de ces informations, Sam décida donc de poursuivre sa balade brestoise, tout en se promettant de revenir plus tard rendre visite à cet essaim d’ouvriers volontaires.

Après avoir longé le Château, toujours perdu dans ses pensées, il arriva à l’entrée du pont de Recouvrance. Les panneaux indiquaient « Bas de Siam ». Un nouveau lieu chargé d’histoire : « Rappelle-toi Barbara... ». Aujourd’hui il faisait beau et un drôle de brouhaha semblait se mêler aux bruits de l’artère commerçante. De temps en temps, des mots plus distincts s’élevaient de la place située à quelques mètres de lui, comme repris en cœur par la foule : « Noël », « Cadeaux ». Décidément, la chance semblait être de son côté aujourd’hui et il s’approcha encore pour connaître la raison de ce rassemblement. Mais, alors qu’il était à deux doigts d’éclaircir ce mystère, une rame de tramway lui masqua temporairement la vue…

Lien vers le premier chapitre
Lien vers le chapitre 3

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46 | Fax. 02 98 46 42 03

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |