Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les reportages > Les Rias > Mardi 29 août 2017 : Jour J ! > Pique Mick à Mellac

Mardi 29 août 2017 : Jour J !

Pique Mick à Mellac

Reportage officiel

Je retourne ce matin au Rouas, sur la commune de Mellac. Là, dans la cour de la ferme, se déroule l’acte inaugural du festival des Rias, opus 2017.

Un endroit particulier par sa situation, son originalité mais surtout son histoire. A la tribune, Bernard Pelleter, le maire de Mellac présente l’endroit avec un brin d’émotion : « C’est la ferme de mon enfance » nous explique -t-il « Le Rouas signifie le ruisseau en français. À 100 mètres de la ferme coule le Dourdu qui vient jusqu’à Quimperlé. Jusqu’au début du XXe siècle, le village vivait autour de cinq fermes, une quinzaine de maisons-penty et trois bistrots. Le plus célèbre était celui de Fine. Il faisait café-épicerie-charcuterie et les clients, qui venaient de partout et toute l’année, y refaisaient souvent le monde ». Bernard Pelleter évoque un « village très festif, avec des jeux de boules, des jeux de cartes les soirs d’été et des fêtes les week-ends. »
Plus tard est venue l’époque des festoù-noz, créés par la section socialiste de Mellac, vers la fin des années 1970. Louis Le Pensec, ancien ministre, présent dans la foule acquiesce. « On a même eu les Sonerien Du, à leurs débuts. On faisait les crêpes dans l’étable ».

C’est après les discours qu’apparaît celui qu’on appelle « le chercheur de Chimère » Mick Holsbeke en personne ! Tout le monde le pensait perdu définitivement pour la cause mais non !Le voilà qui apparaît à la fenêtre de l’étable !


Il promet au public de retrouver la Chimère, raconte les épreuves déjà encourues les années précédentes mais assure qu’il réussira cette fois-ci !…

Je doute du résultat... !

Il nous propose ensuite une gavotte très originale, « à la sauce américaine » un peu éloignée de celles qui étaient chantées ici, lors des festou-noz des temps anciens !

Le duo de sonneurs Jean Louis Le Vallégant et Youn Le Cam entonne une suite de gavotte et ça démarre ;
La cour s’anime comme autrefois !
Le public adhère rapidement, danse, saute, crie. L’ambiance s’échauffe !

Comme tous les festivaliers présents, je me retrouve dans la file qui suit le duo de sonneurs vers le champ opposé à la ferme, de l’autre côté du Dourdu.

Avant d’interpréter quelques morceaux avec son complice Youn , Jean Louis remercie les directeurs du Fourneau pour leur soutien depuis tant d’années et voyant Sébastien Miossec, président de « Quimperlé Communauté » porter son haveneau telle une bannière dans un Pardon breton, il nomme les Rias "le Pardon des bigorneaux et des bréniques réunis" !

Sur le dernier morceau de musique, les regards se tournent vers le ciel où un petit avion largue quatre parachutistes qui, après cinq minutes dans les airs, viennent atterrir derrière les musiciens.

Comme tous les spectateurs, je reste sans voix, ravie de cette inauguration étonnante, surprenante, aérienne et musicale.
Bravo aux organisateurs.

Mais je m’échappe déjà. Un pique-nique festif est organisé dans un autre des champs de la ferme.

Après le repas le premier spectacle se lance dans la cour de la ferme : « Hamlet » arrangé de façon particulière par les Batteurs de Pavé.

C’est aussi la sieste pour certains !

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46 | Fax. 02 98 46 42 03

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |