Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les reportages > La Marche des Capucins > Des manches à air pour souligner l’habitant invisible du Plateau des (...)

La Marche des Capucins

Des manches à air pour souligner l’habitant invisible du Plateau des Capucins, le vent !

Ateliers "Sentir le vent des Capucins", quantifier, animer, souligner...

Reportage officiel

Pour ce dernier rendez-vous de novembre de la Fabrique des Capucins, Enora Grill, designer plasticienne, a proposé aux embarqué·e·s de partir à la rencontre du vent sur le plateau grâce à la fabrication de manches à air...

Ce samedi 30 novembre à 10h, la pluie tombe drue, le vent souffle violemment ! Des conditions qui sont pourtant bienvenues pour se rendre sur les espaces du plateau, afin de constater comment les manches à air conçues par Enora réagissent à l’élément aérien.

"Vous voyez, tandis que la manche à air, plus lourde, s’adapte parfaitement à de grosses rafales, les petits rubans sont plus agiles et réagissent à la moindre brise."

Les participant·e·s, habitant·e·s ou usagé·e·s du plateau, partagent leurs ressentis ou leurs idées touchant à la thématique du vent, à la façon dont cet élément pourrait s’intégrer à de futurs mobiliers, scénographies ou aménagements des Capucins.

"J’ai habité pendant 20 ans au bord de la mer, et ça soufflait ! Mais la différence, c’est que c’était toujours dans la même direction. Ici, dans mon appartement sur le cours Aimé Césaire, ce n’est pas du vent mais des courants d’air, qui tourbillonnent... Il faudra faire attention à ce que les fixations de ces manches à air soient assez résistantes."

"Avec l’aspect minéral des Capucins, ne pourrait-on pas imaginer des mobiliers en forme de quais, avec des mâts, des voiles, et surtout, le cliquetis des drisses sur les mâts... ?"

Après avoir découvert la manche à air en action, les publics sont invités à réfléchir à leur propre modèle de manche à air. Une seule contrainte : se servir d’une base en écailles de poisson.

Écailles, gouttes d’eau ou coeurs, manches à air sirène, dragon ou vague, une diversité d’idées sont mises en oeuvre le matin et l’après midi... Avec plus ou moins de succès quant à leur réaction au vent !

"Ce qui va être difficile, c’est de garder l’équilibre entre vos envies de représentations et les réactions de ces compositions dans les mouvements d’air. Ce ne seront pas forcément les manches à air les plus belles qui voleront le mieux..."

La journée touche à sa fin. Un peu long pour les plus jeunes participants... Enora les guide en quelques minutes dans la fabrication d’un fanion qu’ils pourront ramener chez eux, afin de les rassurer : même si on laisse la manche à air que l’on vient de fabriquer dans la "collection d’idées", on peut repartir à la maison avec une réalisation qui jouera elle aussi avec le vent !

Mercredi 11 décembre se tient la seconde journée d’ateliers "Sentir le vent des Capucins".

Le matin, en présence de résident·e·s de Don Bosco et de membres de l’association Au P’tit Grain, Julien Masson des ManufActeurs réexplique le projet de la Fabrique :
"Vous connaissez le conte du petit poucet ? Hé bien nous allons faire pareil, nous allons semer comme des petits cailloux, des îlots de mobilier, pour indiquer aux gens le chemin des Capucins par le Cour Aimé Césaire et l’Esplanade de la Fraternité, un chemin qu’ils n’empruntent pas car ils ne le connaissent pas".

La matinée se déroule dans une ambiance très chaleureuse, du moins à l’intérieur, car dehors la tempête souffle ! Une météo idéale pour gonfler l’immense voile de Yannick et son ruban interminable !

Arnaud et Bruno, quant à eux, ont l’idée de ne pas créer une manche à air plate mais cubique. Plans et schémas à l’appui, ils expliquent leur idée : "Faut l’imaginer gonflée à l’hélium, et d’un volume d’un mètre cube. L’important sera de la placer au niveau du passage piéton à l’arrivée sur le Cour, pour donner aux gens l’envie de tourner la tête, d’aller aux Capucins. Comme le cube flottera en l’air, baladé par les courants, on pourra y voir la direction du vent !"

L’après-midi, nous retrouvons avec plaisir les enfants du CDEF ainsi que ceux du Patronage Laïque de Recouvrance ! Chaque enfant est muni de son "mesurateur de vent" et l’exploration commence.
"Là-bas, près du muret, c’est là que ça souffle le plus ! C’est normal, le vent vient du nord."
"Oui, ça souffle, mais ton muret est orienté au sud...", réplique malicieusement Gabrielle, l’animatrice.

Une fois les différentes manches à air, les fanions, drapeaux et autres rubans réalisés, c’est la course folle vers l’Esplanade ! Les enfants courent dans tous les sens pour faire flotter leurs réalisations dans les brises. Plein d’envie, d’énergie et de sourires, ils parlent déjà de la prochaine fois qu’ils reviendront.

Forte de cette banque d’idées traversant les thèmes de la couleur, de la typographie, du paysage et du vent, la Fabrique des Capucins continuera en février 2020 avec de nouveaux ateliers de réflexion autour des futurs aménagement du plateau !

Diaporama

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |