Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les reportages > Actions culturelles > Jumelage collège Val d’Elorn de Sizun > Une année placée sous le signe de l’Alpha-taureau à Sizun

Jumelage collège Val d’Elorn de Sizun

Une année placée sous le signe de l’Alpha-taureau à Sizun

La compagnie OCUS au collège Val d’Elorn de Sizun

Reportage officiel

Le premier embarquement de l’année a eu lieu mardi 24 septembre 2019 au collège du Val d’Elorn de Sizun avec la compagnie Optimiste et Créatrice d’Utopies Spectaculaires (OCUS).

C’est avec un grand enthousiasme que les collégiens ont découvert tour à tour la teneur du projet de création qui sera porté par la compagnie OCUS tout au long de l’année scolaire 2019-2020 au sein de l’établissement. En effet, les artistes de cette compagnie rennaise de théâtre itinérant se rendront à plusieurs reprises à Sizun pour travailler à la création de leur spectacle Le Dédale Palace et mener des ateliers de pratique avec les élèves de 6ème et une classe de 4ème.

Claire Laurent, autrice et metteuse en scène du spectacle, a profité de cette journée de rencontre avec les collégiens pour présenter la compagnie OCUS, son histoire et les spécificités de son mode vie itinérant.
"Au départ, c’était une bande de copains qui au lycée s’était passionnée de théâtre. Le bac en poche, leur professeur leur a suggéré de poursuivre leur histoire commune en continuant à monter des spectacles. (...) De fil en aiguille, la joyeuse troupe s’est professionnalisée puis a acheté son propre chapiteau pour devenir une compagnie de théâtre itinérant, voyageant à travers la France entière et même jusqu’à Agadir au Maroc. (...) L’avantage principal du chapiteau est qu’il permet de s’installer dans tous types de lieux. Même un petit village sans salle de spectacle peut facilement accueillir notre chapiteau sur une place ou dans un parc et proposer à ses habitants de découvrir nos spectacles. (...) Aujourd’hui, nous partons en tournée avec nos enfants, nos caravanes et notre chapiteau pendant 6 mois de l’année. Le reste du temps nous avons notre propre lieu et nous accueillons des compagnies d’un peu partout à Saint-Germain-sur-Ille, un petit village près de Rennes."

Claire Laurent fait découvrir le plan de ce "village au sein du village" aux collégiens qui découvrent avec exaltation un mode de vie en caravanes. Le "Dancing" (ancienne discothèque itinérante) qui leur sert de salle de répétition et de salle des fêtes pour le village en a impressionné plus d’un.

Les collégiens, plus éclairés sur la compagnie, ont ensuite l’opportunité de visionner un teaser de l’ancien spectacle "grand format" de la compagnie, Le Bistrodocus. Une expérience qui les embarque dans l’univers d’OCUS. Il est désormais temps de parler de la future création Dédale Palace.
Claire explique aux jeunes : "avant de créer un spectacle, on a une idée, une envie qui finit par nous obséder, on y pense toutes les nuits, puis on la propose à notre équipe et si tout le monde est partant, on se lance dans l’aventure. (...) Il faut environ 3 ans pour monter un tel projet de création."

L’idée du spectacle est venue à l’esprit de Claire lorsqu’elle était en voyage à Venise. Cette ville est si magnifique qu’elle est constamment visitée par un nombre important de touristes. En s’y baladant, elle s’est rendu compte que tous les gens autour d’elle se prenaient constamment en selfie. Au lieu de découvrir la beauté de l’endroit, ils ne le voyaient que par le prisme de leur téléphone portable. Elle fit alors le parallèle avec le mythe de Narcisse, cet homme si beau qu’il se perdit dans la contemplation de son propre reflet dans l’eau d’une source jusqu’à en mourir. En poussant un peu la caricature des visiteurs de la capitale vénitienne, elle imagina l’histoire d’un Narcisse moderne noyé dans l’immensité des réseaux sociaux. Partageant sans cesse les plus belles histoires et images de lui-même.

De ce simple constat s’est développé Le Dédale Palace, un projet de création traitant des dérives d’Internet et des traces que chacun laisse après une connexion, comme des bouts de soi-même à la dérive, transformés en données, puis vendues et utilisées par les géants du numérique appelés les GAFA (Google, Amazone, Facebook et Apple) personnifiés dans le spectacle sous l’allégorie du Minotaure. Un autre mythe revisité par OCUS dans le spectacle. Pour illustrer ces propos, la compagnie a opté pour une scénographie fortement inspirée de la fête foraine, rappelant le côté attractif de la toile qui comme un stand forain nous promet beaucoup par sa magnificence, ses lumières et l’infini de ses possibles... mais où chacun termine toujours par se faire avoir.

La compagnie a donc imaginé un véritable parcours labyrinthique en 3 actes sous son nouveau chapiteau où les spectateurs seront amenés à déambuler et se perdre tout au long du spectacle.

Claire a profité de cette journée d’intervention au collège pour dévoiler une partie de ses tribulations aux élèves :
"Lorsque le spectateur passera la porte du chapiteau, nous lui remettrons un petit badge portant la figure d’une créature chimérique et muni d’une puce électronique mentionnant son nom, son prénom et sa date de naissance. Tout au long de leur parcours, comédiens, mentalistes et musiciens pourront alors scanner les spectateurs fichés et en savoir plus sur eux. (...) Ainsi même certains objets pourront appeler une personne du public par son prénom. "Bonjour Jordan, je vois que tu es Gémeaux, etc." Cela donnera l’impression aux spectateurs d’être observés tout au long de l’aventure. Ils seront ensuite invités à traverser un véritable palais des glaces ponctué d’interventions spectaculaires, d’entre-sorts forains et de dispositifs numériques où se mêleront numéros de mentalisme, combats entre les spectateurs et des personnages augmentés comme l’Alpha-taureau inspiré du transhumanisme... des rencontres tantôt plaisantes tantôt inquiétantes."

Ce projet atypique et porteur de sens a piqué la curiosité de l’ensemble des élèves et des enseignants, d’autant plus que Claire n’a cessé de ponctuer son intervention d’entre-sorts et de démonstrations de mentalisme impliquant les collégiens.
En janvier prochain, elle reviendra au collège accompagnée de 4 autres artistes de la compagnie OCUS, qui mèneront des ateliers de pratique autour de la marionnette, du théâtre, du dessin-animé, du chant et du slam. Un programme ambitieux destiné aux élèves de 6ème qui ont déjà hâte d’y être.

Diaporama

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |