Accueil
 
Accueil
Facebook Facebook RSS

> Les interviews > Périne Faivre, directrice artistique des Arts Oseurs, et Caroline Raffin, (...)

Les interviews

Périne Faivre, directrice artistique des Arts Oseurs, et Caroline Raffin, directrice du Fourneau

Interview pour le livret de bord janvier-juin 2019


Les équipes des Arts Oseurs et du Fourneau en octobre 2018
crédit photo : lefourneau.com

Quand vous êtes-vous rencontrées ?

Caroline : J’ai découvert Livret de famille en mai 2013 aux Rencontres d’Ici et d’Ailleurs. J’ai terminé le spectacle avec une boule dans la gorge, la chaire de poule et l’envie furieuse d’en apprendre davantage sur cette équipe et le parcours de ces 3 talentueux artistes, Périne Faivre, Renaud Grémillon et Moreno. J’ai défendu le projet pour l’inclure à la programmation des Rias, comme une pépite à dévoiler en décentralisation, dans le quartier de Kerbertrand de Quimperlé, au plus près des habitants. À l’occasion du repérage en janvier 2014, la rencontre se fait, Périne me raconte ses recherches autour du phénomène des femmes tondues*, sujet particulièrement intrigant que ce pan oublié de l’histoire de France, tant l’actualité nous rappelle à quel point l’équilibre des forces se fait encore et toujours en faveur de la gente masculine.

Périne : Je me souviens très bien ! En 2014, nous apprenions que notre spectacle Livret de famille était programmé aux Rias. Je me rappelle notre joie ! Le Fourneau... pour une compagnie qui faisait ses premiers pas dans le réseau des Arts de la rue, c’était une sacrée belle nouvelle. Dans l’hiver, nous sommes venus en repérage et c’est là que j’ai rencontré Caroline. Nous avons parlé de nos parcours, de nos envies partagées d’aller vers les publics. Elle portait déjà très haut cette idée que le spectacle vivant se devait d’aller à la rencontre des gens, dans les espaces publics bien sûr mais aussi dans les écoles, les quartiers, les foyers d’accueil, les prisons... C’est d’ailleurs là que nous avions rêvé d’un projet à la maison d’arrêt de Brest, qui aboutira en 2016 avec la représentation de J’écris comme on se venge entre les murs, prolongée par 10 jours d’ateliers d’écriture et d’arts plastiques avec les détenus.

Qu’est-ce que Le Fourneau pour vous ?

Périne : Une maison pour les artistes. Un projet qui réunit des gens très différents et mus par un désir commun de se rassembler autour d’un art public ! Une porte sur un territoire chéri : la Bretagne. Je suis totalement amoureuse du Finistère... nous lier au Fourneau, c’est nous lier à des mers, des océans et des gens.

Qu’est-ce que les Arts oseurs pour vous ?

Caroline : Du travail des Arts oseurs se dégage une force, naturelle et tranquille, et une rage, habitée par le verbe et la voix de Périne et l’univers musical de Renaud. Moreno ou les dessins de Sophia Burns installent leurs partitions plastiques dans les espaces publics des villes traversées, reflets des personnages de l’Histoire, la grande. La forme et le fond déchargent une sincérité poétique. En adéquation avec le tempérament de la Bretagne : une sincérité sauvage.

Qu’est-ce que cette association sur 3 années va vous apporter ?

Périne : Un incroyable terrain d’expérimentation ! Le Fourneau va nous suivre sur les 2 ans et demi de création de notre prochain projet, Héroïne, sur le monde de la Justice. Nous y vivrons des moments de résidences mais aussi des temps de rencontres et d’immersion jusqu’à la création. Ce sera aussi l’occasion de diffuser notre répertoire dans des lieux et des temps qui jalonnent la vie du Fourneau. Nous avons créé déjà des liens avec les habitants, spectateurs, élus, membres du Conseil d’administration de l’association, embarqués... nous lier au Fourneau, c’est faire de ces gens des voisins et des complices au long court. Et enfin, c’est vivre au côté de la belle équipe du Fourneau, pimenter leur projet de nos petites et grandes folies artistiques, accompagner la naissance de leur rêve : une maison des Arts de la rue aux Capucins…

Caroline : Une personnalité et un regard particulier associés à notre projet, à nos réflexions sur la construction de notre avenir aux Capucins. C’est laisser cette équipe traverser notre outil, prendre le risque avec elle d’inventer de nouveaux rituels artistiques, de redonner du temps aux choses, de questionner les évidences. C’est bien sûr soutenir les futurs projets de la compagnie qui apportera sa couleur artistique sur des événements du Fourneau.

*Le spectacle Les Tondues est créé en 2017, avec le soutien du Fourneau.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le Fourneau

Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace public en Bretagne

11 Quai de la Douane

29200 Brest

Tél. 02 98 46 19 46

www.lefourneau.com


Mentions légales | Plan du site

Site réalisé avec SPIP |